L’univers folklorique de Delphine Gatinois

Jusqu’au 15 juillet prochain, Delphine Gatinois entraîne le spectateur à la rencontre du folklore équestre africain au Centre d’art contemporain Passages.

Image d'illustration de l'article
Au terme de six mois de résidence, Delphine Gatinois présente le fruit de son travail avec « Les Porteurs ». C’est à l’endroit même où elle expose aujourd’hui que la vocation d’artiste de la jeune femme est née en 2004, en admirant les photographies de l’artiste Eric Aupol. Diplômée des Écoles d’art d’Épinal et de Metz, elle travaille entre la France et divers pays de l’Afrique de l’Ouest. Parmi l’effervescence des capitales africaines, les charretiers dakarois, acheminant des monticules de marchandises à destination des chantiers, ont retenu son attention. Elle est marquée par la présence de ces chevaux qui participent au rythme de la vie et de la ville, formant une chorégraphie belle et touchante. « Dans le chaos urbain, ils dérangent autant qu’ils arrangent. En m’appuyant sur la place du cheval dans le Coran et l’apparat équestre au fil des siècles, je prends le contrepied d’une profession déconsidérée », décrit l’artiste. Elle décide alors de sublimer cette présence gênante aux yeux des Sénégalais. Partie pour étudier le batik, elle se penche alors sur les textiles protecteurs, conçus pour revêtir les quadrupèdes (invisibilité, force, rapidité ou encore des formules talismaniques contre le vol…), ce qui l’amène à créer des sculptures évolutives. Le costume devient décor et le décor devient costume. Les chevaux sont ainsi protégés et Delphine Gatinois les met ensuite en scène, imaginant son propre folklore. Ses photographies emmènent le spectateur au cœur du Sénégal grâce à un travail plastique d’une intense justesse. C’est sa façon de nous amener à méditer sur le monde, entre dimension spirituelle et réalité moderne. Un des murs de l’exposition est d’ailleurs consacré à sa recherche, présentant le cheminement de ses idées : on y voit comment le costume vient du dessin puis du symbole.
En lien avec l’exposition « Expérience Sonore », en collaboration avec le Musée d’art moderne de Troyes, une œuvre de Céleste Boursier-Mougenot est aussi visible dans la salle des boiseries du Centre d’art.


« Les Porteurs » de Delphine Gatinois
Jusqu’au ven. 15 juillet
Centre d’art contemporain Passages
9 rue Jeanne d’Arc - Troyes
Tél : 03 25 73 28 27
Ouvert du lun au ven de 12h à 18h, sauf jours fériés.