De bar en bar, épisode 3 : sauvés des eaux !

Les piétons traversant les rues du centre-ville ont dû s'en rendre compte : après 4 mois de fermeture pour cause de dégâts des eaux, les Cabaretiers sont de nouveau ouverts. À l'aube du retour des beaux jours, c'est une bonne nouvelle pour les amateurs d'une vie nocturne urbaine de pleine air (les Caba étant sans doute en été un des rares cafés qui accueillent plus de monde dehors que dedans). C'est aussi une occasion en or pour la rédaction du Troisième Œil de poursuivre sa série de portraits des patrons de bars accueillant des concerts.

Image d'illustration de l'article

Les Cabaretiers ont ouvert en février 2015, sous l'impulsion d'Alex et Yann, rejoints depuis par Teddy. Si le bar possédait dès son ouverture certaines spécificités (les mojitos maison d'Alex, les DJ sets de Yann), sa philosophie a toujours été celle d'un bar de quartier (en l’occurrence de centre-ville) d'où un côté bar de soirée, où la musique joue un rôle prépondérant.

Génération spontanée

Ainsi, en complément de l'ambiance festive habituelle, les patrons ont vite été sollicités par des artistes souhaitant se produire, ce qui a rapidement donné des soirées musicales autant appréciées par le public que par les artistes. Le bouche-à-oreille ainsi créé entre groupe a généré spontanément une programmation improvisée, dont les groupes locaux représentent l'essentiel. C'est dans ce cadre par exemple que les soirées slam de la Declam' s'y étaient implantées avant l'incident, au vu des relations créées avec les membres de Cadavreski. Rassurez-vous, les Cabaratiers étant désormais hors d'eau, les soirées slam seront de retour à partir de mai – juin après avoir trouvé refuge au Fer à Gus (voir notre portrait de Julien ici).

Alors certes, les concerts ne sont pas forcément une fin en soi pour les patrons, qui d'ailleurs ne démarchent quasiment jamais les artistes dans ce sens. Et de fait, ce sont d'autres établissements, et notamment The Message (voir notre portrait ici) qui se sont fait une spécialité d'attirer des groupes venus d'ailleurs dans notre ville. Mais, en offrant la possibilité aux groupes locaux de se produire devant un public souvent conséquent et enthousiaste, ce lieu, outre sa participation à la vie nocturne, fait partie de ces espaces indispensables à la vie culturelle locale et à la vitalité des musiques actuelles. On ne compte plus les soirées à thème (récurrentes, comme les "Do the Fonk ! by Tony Salgado", les Cab'anniversaires, le Cab'eaujolais nouveau...) ou bien les thématiques de saison telle que "Fait ch*&$=! C'est la rentrée...", toujours richement illustrées en déclinant le fameux moustachu au chapeau melon et au lorgnon.

La convivialité, cette denrée rare...

Et puis, dans un autre registre, en plus de faire partie de cette espèce rare à Troyes de bars qui programment encore des concerts, Les Cabaretiers font partie d'une espèce peut-être encore plus rare. Celle des bars qui offrent encore les cacahuètes à l'heure de l'apéritif. Un détail, pensez-vous ?

Informations

Photo de couverture @l'Est Eclair