Manova, l’impact du verbe

Image d'illustration de l'article
Ce Millésime de la Chapelle Argence développe quelques subtils arômes urbains. JP Manova, veste grande ouverte et écharpe détendue, scande ses premiers vers comme une ode au voyage. L’univers qu’il cisèle d’une prose cinglante n’a aucune frontière et qu’un seul horaire : 19h07, du nom de son premier album.

JP Manova pratique une capoeira verbale qu’il importe dans toutes les oreilles qui sauront l’apprécier. Il s’insurge contre la soumission populaire à une liberté, alléchante mais factice. Propulsé par la fougue de DJ Emii, son acolyte aux platines, il soulève le public et fomente une révolution musicale assumée, qui s’achève en apothéose débridée. Bête de scène et homme de conviction, il fut ce soir le chatoyant messager d’une évidence éternelle : si les textes séduisent, seuls les actes fondent.