La célébration Pascal

Image d'illustration de l'article

Il est le guide de ces Nuits et a pour la première fois la chance d’être accompagné par un orchestre symphonique. Flanqué de sa cinquantaine de musiciens, Pascal Obispo ne boude pas son plaisir de placer ses mélodies dans le souffle de grandes orgues. Si « ce que l’on voit, ce qu’on entend, (…) c’est une saison qui se perd, c’est l’enfer », le chanteur est celui qui le rachète par ses professions d’amour. Postulant sur tous les tons que  « L’amour qu’on aura partagé donne l’envie d’aimer », il s'empare des textes de la poétesse du XIXè, Marceline Desbordes-Valmore, confère à ce corps puissant des manières d’orchestre de chambre. La clarinette le dévergonde en big band, l'accordéon déhanche le public dans l'effusion d'une valse musette à 5000. En prêtre convaincu, Obispo officie sous la voûte de lumière d’une cathédrale dédiée à l’attente amoureuse. « Je veux te voir, voilà le soir. » L'amour est un espoir, la douleur d'une absence et, finalement, toute "ma raison d'être". Un évangile selon Pascal.