Datapanik, électrique et synergique

Datapanik, un nom qui claque et des affiches qui déboîtent. Quand la musique électrique débarque à Troyes pour envoûter les férus de concerts, la magie opère. Des lives qui font des étincelles et dessinent des sourires qui en disent long. Avec déjà huit soirées au compteur, Datapanik t’invite à embarquer pour tracer sur les routes du rock, du garage et du psyché…

Image d'illustration de l'article

L’histoire raconte que tout aurait commencé un 03/03 dans la ville de Troyes, une journée où le chiffre lui-même s’imposait comme une évidente fatalité, ou comme le top départ d’une aventure musicale dans notre paysage culturel. Le Troisième Œil ne pouvait que se faire aspirer, trois mois plus tard, vers l’inévitable accident, et se heurter à Datapanik pour tenter d’établir un constat.

Une programmation à faire défriser la permanente de mémé. Des concerts qui t’attrapent et ne te lâchent pas. Une atmosphère qui te fait décoller de ton canapé. Datapanik c’est tout ça, Datapanik c’est quoi ? Il suffit de jeter un œil dans le rétro pour se rappeler toutes les escales effectuées par cette incroyable croisière. Et c’est sans entretien d’embûche que l’on intègre l’équipée sauvage du périple, qui fait travailler sa bonne humeur pour vibrer sur ces événements riches en couleurs :

  •  CRASH LANDING - free jazz, punk jazz, experimental (03/03, Le Dixi café)
  • THE EVIL USSES - cool jazz, rock psychédélique (05/04, L’engrenage)
  • MASSICOT - rock répétitif (10/04, The Message)
  • YO NO SE - grunge, heavypsyché (23/04, Phantom Projects Contemporary)
  • AGARIMO - new wave, pop psychédélique (26/04, Le moins un + 02/05, The Message)
  • DUSTY MUSHrock garage (28/04, Le Gotham)
  • OUZO BAZOOKArock psychédélique (11/05, L’engrenage)

Datapanik, c’est le courant qui passe pour se brancher partout où les amplis peuvent cracher. Les spots de plusieurs lieux troyens ont pu éclairer dans sa course folle le défilé de ces groupes faisant étape ici ou là dans la ville. L’éclair fulgurant se pose là où la force d’accueil fait écho. La joie furieuse s’immisce en douceur quand les portes s’ouvrent à elle. Et le flux détendu irrigue alors les chaumières prêtes à faire vibrer les murs et leurs oreilles.

En dresser le portrait-robot, c’est courir après un élan que l’on n’a pas vu venir, c’est monter dans un train qui s’est déjà vu partir, c’est se demander pourquoi on cherche toujours à tout vouloir définir. Datapanik, c’est une asso qui ne se revendique pas comme telle. C’est un collectif qui n’existe pas. C’est l’anti-projet d’un troyen qui ne l’est point. Du concours de circonstances au jeu de hasard, le fil s’est déroulé tout seul et a tissé sa propre toile.

A bien creuser, tout remonte peut-être à il y a quelques années, lorsque le groupe de Cleveland « Pere Ubu » (post-punk avant son ère) est bien déterminé à venir jouer dans la cité troyenne. Il s’invite alors pour un concert à la maison, reposant sur l’envie d’improviser en public. Une soirée dont les protagonistes y associent encore les plus beaux adjectifs. Un morceau du groupe, que l’on retrouve sur l’album « Carnival of souls » sera d’ailleurs créé lors de cette soirée, et inscrira une tache indélébile à ce beau souvenir. Clin d’œil à cette anecdote légendaire, l’appellation de cette tournée de concerts à rallonge aurait quelques racines issues de cet esprit ubuesque : « Datapanik in year zero » est le nom d’une compilation des premiers 45 tours de « Pere Ubu ». Cinq ans plus tard, déboule en février l’ingé son des tournées « Pere Ubu » et sa proposition de faire jouer son propre groupe: « Crash Landing ». Arrive le premier concert d’une série ne faisant probablement que commencer... Le mot se passe de bouche à labels et de groupe à oreilles. L’intérêt pour jouer dans la ville de Troyes peu à peu s’éveille.

Si le fil rouge Datapanik est aujourd’hui musical, il se débrouille toujours pour ne pas rester coincé autour de la même bobine. D’un concert à l’autre, il se faufile pour broder des vidéos, tisser des photos et nouer des illustrations autour des événements proposés. De fil en aiguille, il n’est pas impossible de voir Datapanik piquer là où l’on ne s’y attend pas encore. Car au gré des hasards, et au fil des concerts, les sillons peuvent prendre la fuite vers de nouvelles sonorités. L’écho des riffs de guitare nous parle d’un fanzine qui pourrait bien émerger de cette expérience trépidante qui avance à fière allure, mais sans se presser comme un vinyle.

Garder un œil sur les événements à venir serait vivement recommandé aux amateurs de sensations fortes. Nomades comme une fête foraine, les prochaines soirées ne manqueront pas de piquant. La date du prochain rendez-vous, le jeudi 28 juin, avec MELT DUNES comme invités de haute renommée, plane déjà tel un faisceau lumineux dans le ciel avant de s’abattre sur un lieu d’amarrage bien connu: The Message (à 19h00). Alors reste connecté et ouvre l’œil, quelques flyers se promènent de temps à autre dans la cité tricasse. Viens vite ! L’endémique Datapanik saura t’embarquer dans son courant volcanique.

Informations

Concert Melt Dunes par Datapanik

Date
28/06/2018
Lieu
The Message, 10 Rue Juvénal des Ursins - Troyes