Du comique burlesque sur les planches

Jeudi 5 octobre, la Compagnie Théâtr'âme plonge les spectateurs dans La leçon d’Eugène Ionesco. Un professeur timide, une élève insolente. Mais les rôles vont changer, la situation se renverser.

Image d'illustration de l'article

C’est un livre de mathématiques de sa petite fille qui a poussé Eugène Ionesco à écrire cette pièce en 1958. Il imagine donc une jeune fille bachelière qui vient prendre des cours auprès d’un professeur pour se préparer au « doctorat total »… Et la leçon commence par les mathématiques. Tout va bien tant qu’il est question d’additionner et tout se gâte quand il s’agit de soustraire... Quant à la philologie et à la linguistique… Le terrorisme du savoir et du maître. Qui n’a pas eu la boule au ventre avant d’aller à l’école ? Qui n’a pas été travaillé par l’angoisse de la leçon à apprendre et à réciter ? Quel enseignant n’a pas cauchemardé avant de faire cours et rêvé d’éliminer les élèves qui ne comprennent rien ? Le génie de Ionesco est de mettre sur scène ses peurs, ses angoisses, qui sont les nôtres, et de nous en faire rire. La projection théâtrale et son partage avec le public deviennent une thérapie réjouissante qui fait du bien aux spectateurs et à l’auteur, une petite délivrance des effrois… Le professeur, nanti d’un savoir apparemment sensé et patient au départ, va développer petit à petit des notions philologiques et linguistiques complexes, absurdes et quasiment magiques. Ne plus comprendre, être dépassé, produisent de la souffrance physique insupportable. Il s’en sert pour manipuler, chosifier son élève qui devient sa proie. Le délire du langage devient transe sexuelle… et mène au pire. Cette leçon, au-delà du fait qu’elle est une fantaisie drolatique et diabolique, n’est pas sans rappeler que le langage, les discours et le vocabulaire peuvent devenir, à notre insu, les outils de la manipulation, de la terreur et de la torture. Sur une mise en scène de Danièle Israël et une scénographie de Gingolph Gateau, la Compagnie Théâtr'âme nous emmène dans un pur moment de plaisir où l’humour se gausse du drame et de l’impossible avec la pièce la plus jouée au monde.

Informations

La Leçon

Date
Jeudi 05 octobre à 19h30
Lieu
Théâtre de la Madeleine , rue Jules Lebocey