Le Pays d'Othe en ébullition #3

Voici venu le temps de la conclusion. Celle qui ponctue trois jours de musique, de fêtes, de joie dans le parc des fontaines à Aix-en-Othe. Au programme, cornemuse, percussions et un zeste de folie pour faire vivre aux derniers festivaliers vaillants une journée inoubliable.

Image d'illustration de l'article

Le parc des fontaines à beau être un bel espace vert bordé de multiples cours d'eau, le soleil dominical s'avère plutôt agressif. Alors les peaux les plus fragiles rougissent à vue d’œil et le cidre local proposé à la buvette n'arrange pas l'affaire. Qu'importe ! L'important est de s'amuser, de lâcher les chevaux, il sera bien temps de constater les séquelles le lendemain.


La fête, eux - Les Celkilts -, ils connaissent bien. Après deux chansons qui oscillent entre rock irlandais festif (pléonasme) et ballade folk, ils nous racontent leur fascinant week-end musical, du Mont-Blanc à Nantes, pour arriver jusqu'ici, deux heures de sommeil au compteur chacun... Pourtant, pas une once de fatigue ne peut se lire au travers leur prestation. Quelques secondes leur suffisent à s'assurer la coopération d'un public qui se pliera volontiers à chacune de leurs exigences. Que peut-on refuser à un groupe qui cuisine à la sauce biniou et cornemuse les plus grands classiques des années 80 lors d'un medley de conclusion assez magique ?


C'est dans une ambiance bien plus apaisée que le Honky Tonky Band débute son concert tout en percussions. Aux rythmes variés, le voyage qu'il nous propose résonne comme un bel ode à l'Humanité. Rappelons que ce groupe est piloté par l'espace ESAT qui a notamment pour vocation de promouvoir l'accès au travail des personnes en situation de handicap, qui composent donc l'essentiel de la formation. Le résultat en est d'autant plus surprenant de qualité : supervisé par Eric Varache, musicien éclectique par excellence, le groupe délivre un concert maîtrisé de bout en bout.

Aux influences de jazz répondent celles de la musique latine et, de cet amalgame, naît la richesse d'une world décidément agréable.


Retour à la fête pur jus avec Boulevard des Airs, encore des connaisseurs en la matière, et attendus par la majorité du public ! Il faut reconnaître qu'il s'agit là d'un beau point final. Galvanisés par cette énergie qui les caractérise, les voilà qui entonnent leurs plus gros succès avec un enthousiasme communicatif. Au milieu de la foule, on s'abreuve avec plaisir à la source de cette musique, qui emprunte autant à la chanson française qu'au ska, tout en se laissant porter par un show dans la veine - assumée - de ceux de Manu Chao. Alors que retentissent les dernières notes et que se referme le rideau, nous voici tous étourdis par tant de bonheur partagé.


Ainsi s'achèvent les doux sons du Festival en Othe qui, exceptionnellement, a décidé de jouer les prolongations en diffusant la finale de l'euro. Parions d'ores et déjà qu'ils furent nombreux à assister à la belle désillusion qui en fut le théâtre ! Parions également que cette déception n'aura en rien effacé trois jours de bons et beaux souvenirs musicaux !